Collection

Mon premier contact avec un micro-ordinateur remonte à mars 1979. Un ami de l'époque, Thierry C., perdu de vue depuis, avait commandé, presque en même temps que moi, son ordinateur. Le sien est arrivé avant le mien. Quelle émotion, je jour où je me suis rendu chez lui pour les premières utilisations de son TRS80 ! Un écran vert et noir, un clavier contenant également l'unité centrale et un magnétophone pour enregistrer les programmes développés en basic. Sans oublier un jeu de BlackJack.

En avril 1979, j'ai reçu mon ordinateur : un PET Commodore 2001. PET pouvait avoir deux sens 'Personnal Electronic Transactor' ou 'animal de compagnie' en américain. C'était un tout en un : unité centrale, clavier, magnétophone. Son prix représentait deux mois de mon salaire de l'époque. On le programmait en GwBasic et j'avais également acheté une cassette de jeu. Le PET était vendu en plusieurs versions 4 Ko, 8 Ko et 16 Ko de mémoire. J'avais opté pour 8 Ko. J'ai développé sur cet appareil plusieurs pédagogiciels et un logiciel de gestion des adhérents d'une association. Il a donc fallu assez rapidement compléter cet achat par une imprimante et un second magnétophone, pour la mise à jour des fiches des adhérents, car il est impossible d'avoir un accès direct à une fiche sur un magnétophone. Pour changer une fiche, il fallait lire tout le fichier, procéder à la modification et enregistrer le nouveau fichier sur un autre magnétophone. Avec 4Ko, il était impossible de faire tenir en mémoire le programme et les données pour pouvoir se contenter d'un seul magnétophone.

Le PET 2001 fut le premier ordinateur que j'intoduisis dans des salles de classe dès 1980, ce qui fait très probablement de moi, le premier instituteur ayant présenté un micro-ordinateur à des élèves de Haute-Savoie. J'étais alors remplaçant ce qui m'a permis de faire cette présentation et des travaux de recherche avec des élèves de différentes classes.

En 1981, j'ai acquis un Apple IIe : plus de mémoire, un 'vrai' écran graphique, la couleur et surtout, surtout des lecteurs de disquettes. L'Apple IIe présentait également l'avantage d'être ouvert. C'est surprenant pour une marque qui a verrouillé tous ses ordinateurs par la suite, ce qui a été la principale raison de mon absence d'intérêt pour les Mac et ses successeurs. Sur le dessus de l'Apple, il y avait une plaque qui n'avait même pas besoin d'être dévissée pour être retirée et qui donnait accès à des slots permettant d'insérer des cartes pour bénéficier d'un meilleur graphisme, d'installer une imprimante ou le langage Pascal... L'Apple IIe était livré avec un schéma électonique détaillé ce qui m'a permis de procéder moi-même à de petites réparations (quand les composants n'étaient pas des composants spécifiques introuvables dans le commerce).

Plus tard, je me suis spécialisé dans les ordinateurs sous MSDOS, puis sous Windows.

Quand, des années plus tard, j'ai décidé de racheter pour une collection personnelle les ordinateurs que j'avais possédés ou qui m'avaient fait rêver dans ma jeunesse, je n'ai pas inclus tous ceux de la gamme MSDOS / Windows car... ils ont fini, plus ou moins, par tous se ressembler.
Les micro-ordinateurs qui ont précédé ceux de Microsoft et les Mac avaient de la personnalité, des couleurs, des courbes et des fonctions parfois curieuses.
     
Acorn Vela Apple II c Apple II e Apple III CBM
           
Exel 100 Lisa Persona 1600 Alice 90 Micro-Professor Minitel
           
Oric Pet 2001 Tortue TRS 80 ZX 80 ZX 81